Une femme simple, roman
EAN13 : 9782246810575
ISBN :978-2-246-81057-5
Éditeur :Grasset
Date Parution :
Collection :Littérature Française
Nombre de pages :176
Dimensions : 20 x 13 x 1 cm
Poids : 220 g
Langue : français

Une femme simple

roman

De

C’est l’histoire d’une géante qui vécut en Bretagne au XIXème siècle. Sa taille et sa force exceptionnelles troublaient ceux qui la côtoyaient. « Passeuse » héroïque, elle transportait dans sa barque, passagers, animaux et marchandises et sauva plusieurs vies de la noyade.
Une femme simple et mystérieuse qui n’a guère livré ses secrets. Ce roman conte ce qu’aurait pu être sa vie. Et sa vérité.

2 Commentaires 4 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Vous allez découvrir!

4 étoiles

Par . (47° Nord)

"Jeanne le Mithourard (1778-1942) dite "La France", née au Logéo, était batelière-passagère et transportait personnes, marchandises et animaux. Bâtie comme une athlète, vêtue comme un matelot, son instinct, sa force et son courage lui donnèrent l'occasion de sauver plusieurs fois des vies [...]". Cédric Morgan imagine la vie de cette bretonne mise à l'honneur dans une courte impasse du port de Logeo. L'histoire d'une femme qui mena une dure vie sans jamais se plaindre. Roman écrit avec simplicité comme si la vie de Jeanne avait été simple.

Commentaires des libraires

Sa petite entreprise !

4 étoiles

Par .

Auteur dont j'ai lu deux romans que j'avais bien aimé il y a quelques temps déjà.
L'ayant revu au salon du livre de Vannes, j'ai découvert à cette occasion son dernier roman.
J'aime l'idée de "prêter" une vie à un personnage ayant effectivement existé, mais dont on ne sait pratiquement rien.
Jeanne était ce que l'on peut appeler une belle plante, elle était aussi forte, courageuse et résistante que bien des hommes. Le travail aux champs ou autres tâches du monde campagnard ne la rebutait absolument pas. Le travail et la religion dans la Bretagne très catholique de l'époque était son univers. Un marin, nommé Louis, ne fut pas effrayé par les proportions plutôt généreuses de la jeune fille et demanda sa main ! Qu'il obtint et le mariage fut célébré rapidement. Louis s'avéra un bon mari, la vie suivait son cours lorsque Jeanne eut l'idée de créer un système d'acheminement maritime vers la ville de Vannes. L'état des routes (des chemins devrais-je dire) ne permettait pas, surtout pendant les mois d'hiver, un voyage sans embûches.
Le bouche à oreilles fonctionnant très bien, sa clientèle s’accrut rapidement, sa famille aussi, des enfants naquirent. Louis accepta un poste de marin "A l'Islande". La paye était meilleure, mais l'absence durait entre sept à neuf mois.
Elle transportait hommes, femmes, enfants, animaux et marchandises diverses. Une dame très élégante et de noble condition fut sa passagère, elles devaient se revoir plus tard.
Elle sauva plusieurs personnes de la noyade et devint grâce à cela une des figures des environs.
Tout le monde en tira fierté...sauf elle, bien entendu !
Une vie aussi ordinaire qu'exaltante pour une femme qui était devenue célèbre et a su, malgré tout, restée simple. Une grande leçon de modestie.
Jeanne Le Mithouard (1778/1842) fut une figure locale dans le port du Logeo dans le golfe du Morbihan. Un panneau lui rend hommage en ville. C'était une femme de robuste constitution mais pas une géante, comme le dit l'auteur qui, c'est un roman, a un peu travesti la vérité. En réalité on sait peu de choses sur la vie de cette femme, qui a obtenu en 1837 la médaille d'or des sauveteurs en mer.
Une femme très en avance sur son temps, féministe avant l'heure, pleine d'esprit d'entreprise.
D'une grande bonté aussi, elle accueillit chez elle la bonne d'un fermier engrossée et renvoyée par le maître de céans ! Et ce pendant plusieurs mois. Elle l’aidât aussi à refaire sa vie ailleurs.
Louis avait aussi sous ses airs frustes une certaine bonté d'âme.
Mais la vie passe et même pour des gens humbles et sans reproches, la mort vient à l'heure qu'elle décide.
Louis, comme tant et tant d'autres, périra en Islande et Jeanne quasiment sur ses lieux de
travail !
C'est très bien écrit comme la vie de Jeanne en toute simplicité, la vie de tous les jours avec le vocabulaire du quotidien.
Dans un post-scriptum l'auteur nous dit ce qui suit :
-Tout-ici est imaginaire : les comportements, les pensées, les actes attribués à Jeanne.
Seuls les lieux ont une réalité.