EbookLa Comédie Screwball hollywoodienne 1934-1945, Sexe, amour et idéaux démocratiques
Éditeur :Artois Presses Université
Date Parution :
Collection :Lettres et civilisations étrangères
Langue : français

La Comédie Screwball hollywoodienne 1934-1945

Sexe, amour et idéaux démocratiques

EAN13 : 9782848324326

• Fichier PDF sans DRM [Aide]

• Fichier EPUB sans DRM [Aide]

• Fichier Mobipocket sans DRM [Aide]

• Lecture en ligne [Aide]

12.99€

Autre version disponible :

Papier - Presses Universitaires d'ArtoisDisponible sur commande28,00 €

Comment expliquer le succès considérable des comédies loufoques américaines
des années 1930 ? Rencontres, coups de foudre, ruptures, divorces,
remariages... Ces vaudevilles sentimentaux ont répondu aux attentes d’une
classe moyenne en plein essor, avide de libéralisation des mœurs, par des
intrigues audacieuses, un humour verbal et le recours aux recettes du
burlesque muet. Dirigées par des spécialistes du comique (Hawks, LaCava,
Leisen, Ruggles...), incarnées par les stars les plus marquantes de cette
décennie (Claudette Colbert, Irene Dunne, Clark Gable, Cary Grant, Katharine
Hepburn... ), elles forment la comédie screwball, « sous-genre » prolifique de
l’entre-deux-guerres, qui continue d’inspirer aujourd’hui la « comédie
romantique » au cinéma. Elle s’est fixée deux missions contestataires :
railler les normes sociales et les représentants de l’ordre établi, et faire
un sort aux clichés de la représentation du masculin et du féminin. À la
croisée des travaux récents sur le classicisme hollywoodien et le genre au
cinéma, cette étude appuyée sur un corpus de cent trente films replace la
comédie screwball dans son contexte institutionnel et l’envisage sous son
aspect le plus marquant : sa fonction communicationnelle et sociale.
Sévèrement contrôlés par la censure interne hollywoodienne, ces films ont
développé une esthétique verbale et visuelle spécifique, qui se traduit par
une rhétorique du contournement et de l’atténuation. Le genre délivre aussi un
message politique, en participant au débat démocratique avec ses
interrogations sur les questions d’intimité, d’espace privé et public. Le
discours amoureux et conjugal y réaffirme les valeurs fondatrices de la
société américaine : la liberté d’expression, le libre consentement et
l’engagement contractuel.

Commentaires

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.