Si je reviens un jour... / les lettres retrouvées de Louise Pikovsky
EAN13 : 9782374180847
ISBN :978-2-37418-084-7
Éditeur :Ronds dans l o
Date Parution :
Collection :RDL.BD
Nombre de pages :112
Dimensions : 27 x 20 x 1 cm
Poids : 600 g
Langue : français

Si je reviens un jour... / les lettres retrouvées de Louise Pikovsky

De

Dessins de

En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean de La Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille.

Stéphanie Trouillard (Auteur) a également contribué au livre...

Mon Oncle De L'Ombre Enquete Sur Un Maquisard Breton
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 16,00 €
En savoir plus sur Stéphanie Trouillard

Thibaut Lambert (Dessins) a également contribué aux livres...

Au coin d'une ride (NED)

Au coin d'une ride (NED)

Thibaut Lambert

Ronds Dans L'O

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 14,00 €
L'amour n'a pas d'âge

L'amour n'a pas d'âge

Thibaut Lambert

Ronds Dans L'O

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 18,00 €
En savoir plus sur Thibaut Lambert

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

"Si je reviens un jour" - Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky

5 étoiles

Par .

En 2010, on retrouve de vieilles lettres et photographies dans une vieille armoire du lycée Jean-de-La-Fontaine dans le 16ème arrondissement. A partir de ces documents, de Paris à Jérusalem, en passant par Drancy et Auschwitz, une enquête est menée. On découvre que ces lettres ont été écrites par Louise Pikovsky, une ancienne élève, à sa professeure Melle Malingrey. le nom de Louise aurait pu tomber dans l'oubli. Stéphanie Trouillard lui a redonné vie, d'abord dans son webdocumentaire, puis dans cette belle et émouvante bande-dessinée. Rapidement, on s'attache à Louise, promise à un bel et brillant avenir. Au travers de ses lettres, on perçoit une jeune fille généreuse, studieuse et spirituelle. « Je voudrais pouvoir lire, lire en ne m'arrêtant que pour penser à mes lectures » écrivait Louise à sa professeure. Leurs échanges épistolaires parlent de la foi, de la famille ou de l'amitié, en somme de la vie. Elles ne parlent pas directement de la guerre mais on la devine à chaque ligne, dans chaque questionnement de la jeune fille. Melle Malingrey n'oubliera jamais son élève. Elle aurait tant voulu la sauver. La famille Pikovsky, unie, ne voulait pas se séparer. Avaient-ils conscience de l'imminence du danger qui les guettait ? Après tout, ils étaient Français. Mais Albert Pikovsky venait de l'Est et avait été déchu de sa nationalité. Louise aura tout juste le temps d'apporter son cartable à la concierge de Melle Malingrey avec ces quelques mots "Nous sommes tous arrêtés. Je vous laisse les livres qui ne sont pas à moi et aussi quelques lettres que je voudrais retrouver si je reviens un jour". Le convoi numéro 67 ne ramènera jamais la famille Pikovsky qui ne voulait pour rien au monde être séparée.
La lecture pourra être prolongée du webdocumentaire :
http://webdoc.france24.com/si-je-reviens-un-jour-louise-pikovsky/
Cette bande dessinée, tragique mais si indispensable au devoir de mémoire, est à mettre absolument entre toutes les mains.