Vengeances tardives
EAN13 : 9782824614694
ISBN :978-2-8246-1469-4
Éditeur :City Edition
Date Parution :
Collection :CITY EDITIONS
Nombre de pages :256
Dimensions : 23 x 14 x 2 cm
Poids : 362 g
Langue : français

Vengeances tardives

De

Léopoldine, la postière d'Oberwihrheim, découvre en faisant ses dévotions à la Vierge, un cadavre dans le confessionnal de l'église. C'est celui du maire adjoint, tué d'un grand coup sur le crâne. L'homme était aussi un important vigneron de ce village, fleuron de la route des vins d'Alsace. Émule de miss Marple, grenouille de bénitier et quinquagénaire excentrique, Léopoldine se met en tête de découvrir le meurtrier avant le gendarme chargé de l'enquête. Il faut bien reconnaître que l'homme n'est pas un cador ébouriffant d'efficacité... Dans ce village animé par des guerres viticoles sans merci, des ragots tous azimuts et de vilains petits secrets de voisinage, l'enquête s'annonce épineuse. Sans compter qu'un mystérieux corbeau vient semer la zizanie. C'est sûr, Léopoldine a du pain sur la planche... et un petit verre de blanc sur la table !

1 Commentaire 2 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

2 étoiles

Par .

Léopoldine, postière d'un village alsacien et bigote notoire et assidue, découvre un matin, dans le confessionnal, le corps de Joseph Weberlé, viticulteur et adjoint au maire, une personnalité importante de la région. Doutant des qualités d'enquêteurs des gendarmes locaux, elle décide de mener sa propre enquête et elle a des atouts pour cela : postière, elle connaît tout le monde et dans les détails ; amatrice de polar, elle se voit en Miss Marple.

J'avais besoin de légèreté, donc lorsque j'ai vu la première et la quatrième de couverture, je me suis dit que c'était le livre du moment pour ma pomme. Mais que nenni ! Certes la légèreté est là, mais l'humour moins - ou pas le mien - et ce qui se veut une comédie policière tourne pour moi assez vite à l'ennui. Pourtant Francis Schull a le sens de la formule et parfois, certaines phrases m'ont fait sourire. Trop peu, il faudrait donner du rythme à tout ça. A l'instar d'une Rita Falk, sa voisine allemande avec ses Choucroute maudite et Bretzel blues.