Mon Oncle De L'Ombre Enquete Sur Un Maquisard Breton
EAN13 : 9782367580890
ISBN :978-2-36758-089-0
Éditeur :Skol Vreizh
Date Parution :
Nombre de pages :280
Dimensions : 21 x 15 cm
Poids : 400 g

Mon oncle de l'ombre enquete sur un maquisard breton

De

12 juillet 1944. Des rafales de mitraillettes brisent le silence de l'aube dans une ferme du Morbihan. André Gondet, 23 ans, s'écroule sous les balles au milieu de ses camarades résistants. Ce sanglant épisode marque les habitants des environs au fer rouge. Dans la famille Gondet, la douleur serre la gorge et scelle les lèvres. La souffrance est aussi vive que silencieuse. Soixante-dis ans plus tard, André n'est plus qu'un nom sur un monument aux morts/ De lui, il reste seulement un portrait dans un vieux cadre accroché sur un mur de la maison familiale. Une photo qui finit par attirer le regard et la curiosité de l'une de ses petites nièces. Qui était cet homme dont son grand-père ne prononçait pas le nom ? Quel était son combat ? Par quoi était-il animé ?

Stéphanie Trouillard (Auteur) a également contribué au livre...

Si je reviens un jour... / les lettres retrouvées de Louise Pikovsky
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 20,00 €
En savoir plus sur Stéphanie Trouillard

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Mon oncle de l'ombre

5 étoiles

Par .

Mon oncle de l'ombre, une lecture qui ne laisse pas indemne.
Au départ, il y a cette photo entourée de mystères. Stéphanie Trouillard sait qu'il s'agit du frère de son grand père, André Gondet, tué pendant la seconde guerre mondiale mais le sujet reste tabou, il ne faut pas en parler et surtout pas à son grand père. Son chagrin est tel qu'il refuse de parler de cette époque et de ce frère qu'il a pourtant tant chéri. Les années passent mais les non-dits demeurent et vont finir par attiser la curiosité de la jeune journaliste passionnée d'Histoire. Elle veut comprendre, savoir qui était ce grand oncle dont personne ne parle, comprendre les motivations de son engagement dans le maquis de Saint Marcel et les circonstances de sa disparition tragique un jour de juillet 1944. Nous lui emboîtons le pas du Morbihan jusqu'en Allemagne, en passant par Paris, dans des salles d'archives ou devant un bon café mais aussi sur internet ou par missives interposées. le démarrage est difficile mais elle s'accroche. Il faut qu'elle sache, c'est un besoin viscéral. André Gondet semble oublié de tous, à croire qu'il n'a jamais existé mais à force de ténacité, elle finit par recueillir des témoignages et en dresser un portrait de bon vivant, au sens de l'humour, ne rechignant pas à la tâche.
Mais rapidement, le collectif prend le pas sur l'individuel. Il ne peut en être autrement lorsqu'on aborde la résistance. L'histoire familiale s'inscrit dans la grande Histoire, celle d'une France piétinée par l'occupant nazi. André Gondet faisait partie de cette armée des ombres, magnifiquement peinte par Joseph Kessel. Ces jeunes hommes et femmes ont puisé force et courage dans leur jeunesse et dans l'amour de la patrie en péril et ressentaient au plus profond de leur être la nécessité de se battre, de ne jamais se résigner. Ces petits gars, jeunes maquisards de Saint-Marcel ou d'ailleurs, nous ont fait le sacrifice de leur vie pour que nous puissions connaitre la liberté. Ce devoir de mémoire est essentiel, nous ne devons jamais oublier, c'est notre histoire à tous.
Stéphanie Trouillard signe ici un magnifique premier livre, richement documenté et bien écrit, où elle nous livre une vérité sans fioritures ni faux semblants en osant mettre le doigt sur des sujets sensibles tels que la place de la femme dans la résistance ou encore la collaboration.
« Les morts ne sont vraiment morts que lorsque les vivants les ont oubliés » dit le proverbe. Pari réussi.