La petite danseuse de quatorze ans
EAN13 : 9782234069282
ISBN :978-2-234-06928-2
Éditeur :Stock
Date Parution :
Collection :La Bleue
Nombre de pages :176
Dimensions : 22 x 14 x 1 cm
Poids : 250 g
Langue : français

La petite danseuse de quatorze ans

De

« Elle est célèbre dans le monde entier mais combien connaissent son nom ? On peut admirer sa silhouette à Washington, Paris, Londres, New York, Dresde ou Copenhague, mais où est sa tombe ? On ne sait que son âge, quatorze ans, et le travail qu’elle faisait, car c’était déjà un travail, à cet âge où nos enfants vont à l’école. Dans les années 1880, elle dansait comme petit rat à l’Opéra de Paris, et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n’était pas un rêve pour elle, pas l’âge heureux de notre jeunesse. Elle a été renvoyée après quelques années de labeur, le directeur en a eu assez de ses absences à répétition. C’est qu’elle avait un autre métier, et même deux, parce que les quelques sous gagnés à l’Opéra ne suffisaient pas à la nourrir, elle ni sa famille. Elle était modèle, elle posait pour des peintres ou des sculpteurs. Parmi eux il y avait Edgar Degas. »
C. L.

« La Petite Danseuse » de Degas accompagne Camille Laurens depuis toujours. Et dans ce texte la romancière raconte : l’enfance de Marie Van Goethem, d’origine belge, la grande sœur qui a fini cocotte, la petite sœur devenue professeur de danse, la mère morte dans l’enceinte même de l’Opéra de Paris. La danse et la prostitution. La révolution en art. Marie en sera, bien involontairement, un des modèles les plus décriés, elle qui fut traitée de « singe » au Salon des Indépendants en 1881. Comment osait-on faire du beau avec une enfant si laide ? Et quel rapport mystérieux Degas avait-il avec son sujet, lui qui garda la sculpture de cire dans son atelier tout au long de sa vie, sans jamais plus l’exposer ?
Pour comprendre la profondeur de cette sculpture si fascinante, si moderne et fragile, Camille Laurens mène une enquête personnelle, avec sa sensibilité d’artiste, avec sa précision de chercheuse passionnée, avec son histoire familiale, elle qui dansa enfant aussi.

Camille Laurens (Auteur) a également contribué aux livres...

La petite danseuse de quatorze ans
En stock, expédié demain 6,80 €
Dans ces bras-là

Dans ces bras-là

Camille Laurens

Folio

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,90 €
Petits romans du Havre

Petits romans du Havre

Thierry Illouz, Isabelle Letélié, Olivia Rosenthal, Sylvain Prudhomme, Marie Ndiaye, Lydie Salvayre, Camille Laurens, Koffi Kwahulé

Gallimard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 10,00 €
Celle que vous croyez

Celle que vous croyez

Camille Laurens

Folio

En stock, expédié demain 6,80 €
Lady, Nouvelles

Lady, Nouvelles

Alexander Maksik, Anthony Marra, Éric Reinhardt, Adam Gopnik, Nelly Kaprièlan, Colombe Schneck, Cécile Guilbert, Camille Laurens

Gallimard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 16,00 €
Celle que vous croyez

Celle que vous croyez

Camille Laurens

Gallimard

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 17,50 €
En savoir plus sur Camille Laurens

3 Commentaires 4 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Vous allez découvrir!

4 étoiles

Par . (47° Nord)

Camille Laurens mène sa propre enquête sur la Petite danseuse de quatorze ans d'Edgar Degas. Elle recherche qui était Marie Geneviève van Goethem, petite belge très pauvre qui fut danseuse à l'opéra avant d'être renvoyée et modèle de Degas. Quel travail a réalisé le peintre pour sa statue qui a soulevé tant de critiques lorsqu'elle a été exposée, que le peintre l'a ensuite gardée cachée toute sa vie.
"Il s'agit bien pour Degas, avec cette sculpture, de susciter un étonnement, un choc salutaire qui ouvrent la conscience du spectateur en lui présentant non une œuvre élégante destinée à flatter son goût esthétique, mais le drame d'une société, auquel il contribue."
En effet les petites danseuses de l'opéra n'étaient pas les même que celles de nos jours qui font rêver les petites filles. Issues de familles pauvres, les parents espéraient en plus du maigre salaire qu'elles rapportaient, qu'elles trouveraient un "protecteur"...
Un bel essai de Camille Laurens qui fourmille de détails intéressants!

Marie Nawrot

Commentaires des libraires

5 étoiles

Par .

"En 1881, Degas expose pour la première fois au Salon des Indépendants la Petite Danseuse de quatorze ans.

Présentée sous verre, atypique, elle suscite la réprobation voire l'effroi d'une grande partie du public, plus en quête d'esthétisme. Cette sculpture aujourd'hui reconnue et respectée dans le monde entier fascine et questionne Camille Laurens depuis longtemps. Elle choisit de mener ici une enquête personnelle pour comprendre l'oeuvre, la démarche de l'artiste mais aussi pour tenter d'approcher Marie Van Goethem, ce jeune modèle dont on sait peu de chose. S'appuyant sur les archives, les journaux, les écrits littéraires de l'époque et quelques essais plus contemporains, l'auteur nous fait traverser une époque, un lieu (l'Opéra), une oeuvre et des parcours intimes. Et, si en définitive Camille Laurens soulève au moins autant de questions qu'elle fournit de réponses, elle le fait avec méthode et passion nous permettant de comprendre un peu mieux, de regarder différemment cette petite danseuse."

19e siècle, Degas

4 étoiles

Par .

Camille Laurens n’a de cesse d’admirer cette statue de Degas dans tous les musées où elle est exposée, comme attirée par la jeune fille dont le sculpteur précise dans le titre qu’elle a 14 ans.
L’auteure nous parle d’abord du siècle qui a vu naître cette statue : celui de Degas, un siècle où les enfants allaient travailler dès leur plus jeune âge, ce qui était le cas des petits rats de l’Opéra qui étaient rémunérés pour leur travail harassant.
L’occasion également de nous parler de Monsieur de Gas, d’origine à particule qui préfère la perdre et l’accoler à son nom comme patronyme d’artiste.
J’ai aimé apprendre que la statue première était en cire, qu’elle a été très mal accueillie lors de sa première exposition, et que l’artiste n’a jamais voulu s’en séparer. Ainsi, l’auteure, à travers l’œuvre d’art, nous décrit la France de 1880.
J’ai aimé découvrir Marie van Goethem, sa vie imaginée par Camille Laurens à partir du peu d’informations récoltées ; les origines de sa famille ; le destin de ses sœurs.

[Lire la suite ...]